Aeromapper et Drones Imaging détectent l’existence de structures archéologiques inédites sous la surface de parcelles agricoles

Etude menée sur le site de archéologique de Champlieu (60).

Captation RVB, PIR-V-B et Infrarouge thermique réalisée le 14 juin 2017 par la société Aeromapper avec le drone S4 AVEM. Post-traitement par Drones Imaging.

Détection_archéologique_Drones-Imaging©

Les ruines gallo-romaines de Champlieu se situent dans le département de l’Oise, sur la commune d’Orrouy. Elles correspondent aux vestiges visibles d’une véritable agglomération qui s’est développée du Ier au IVe siècle après J.-C . Aujourd’hui on peut encore voir et visiter librement les ruines du centre monumental de la petite ville. Celui-ci est composé d’un théâtre de 71 m de diamètre, d’un temple et de thermes. Les restes de l’agglomération sont quant à eux enfouis sous les parcelles agricoles voisines.

Dans ce contexte et sous l’impulsion du Service départemental d’archéologie de l’Oise (SDAO), l’exploitation du drone AVEM d’Aeromapper et de ses trois senseurs dédiés (RVB, PIR-V-B et infrarouge thermique) devait permettre aux archéologues de disposer d’une vue d’ensemble du site pour orienter et optimiser leurs recherches en complétant notamment le plan de la ville.

Faisant suite à la campagne de vol du 14 juin 2017 et après exploitation des images par la société Drones Imaging, les prises de vue infrarouge thermique font immédiatement apparaître des signatures photographiques linéaires caractéristiques de constructions ou de fossés anciens, très peu visibles sur les données RVB et PIR-V-B. Ces images confirment l’existence d’éléments d’urbanisme déjà partiellement connus et en révèlent d’autres inédits.

« L’AVEM d’Aéromapper renouvelle considérablement les techniques de prospection archéologique aérienne par la souplesse d’utilisation, la rapidité d’intervention, la prise de vue verticale, la diversification des senseurs… autant d’éléments qui ouvrent des perspectives nouvelles pour nos recherches » estime le SDAO.

Encouragées par ces premières découvertes, de futures opérations aériennes par drone sont alors envisagées avant la fin de l’année pour étudier les terrains avoisinants dans des conditions d’hygrométrie et de températures idoines. Pour le SDAO, ces opérations illustrent le rôle important des drones dans la recherche scientifique et soulignent également la performance du drone AVEM pour son endurance et sa capacité d’emport multi senseurs.

 

    • Source images : Aeromapper.
    • Post traitement : Drones Imaging.
    • Echelle de température : -1°C / +16°C.
    • Surface : 35ha.
    • Orthophoto : résolution 3cm & 18cm.

 

 

 

Share Button